Musée de Grenoble

Accueil > Le musée > Histoire > Le fonds d'antiquités

Le fonds d'antiquités égyptiennes, grecques et étrusques

ChampollionTémoignant de l'intérêt porté dès le XVIIe siècle en Dauphiné pour l'égyptologie, un intérêt conforté par la présence active de Champollion, la collection d'antiquités égyptiennes du musée est particulièrement importante. Elle comprend aussi bien du mobilier funéraire que des objets de la vie quotidienne, des stèles que des fragments de bas-reliefs, l'un des plus beaux provenant du temple de Karnak. L'ensemble impressionnant de sarcophages est, en outre, très évocateur. Cette collection est complétée par un fonds intéressant de céramiques grecques et étrusques ainsi que de la statuaire, dont une remarquable stèle funéraire attique.

Frédéric-Auguste Bartholdi, Champollion

Egypte Cercueil Anthropoide de PsametikVoir l'image en grand Egypte Cercueil Anthropoide de PsametikAu milieu des années 1850, Bartholdi fait un voyage en Égypte. Il en ramène des dessins et des aquarelles ainsi que de nombreux souvenirs. Peu après, il conçoit le projet de rendre un véritable hommage à Champollion.

Cette œuvre, datée de 1867, est un original en plâtre dont le bronze, jamais réalisé, était destiné à Figeac, la ville natale du célèbre égyptologue. Représenté dans une attitude de concentration intense, le pied gauche posé sur une tête de pharaon, il semble méditer sur ses découvertes. La taille de cette sculpture rappelle que Bartholdi avait été fasciné par la monumentalité des statues de pharaons égyptiens. Malgré la gravité imposante du personnage et la grande qualité de la composition, certains critiques de l'époque ont dénoncé un manque de majesté et une trop grande familiarité.

En 1905, la veuve de Bartholdi l'offre à la ville de Grenoble, en souvenir des attaches régionales de son époux récemment disparu : il avait notamment été professeur d'histoire à l'université grenobloise. Déposé entre les deux guerres au lycée Champollion, il est entré au Musée à la fin des années 1990 après avoir subi un long et minutieux travail de restauration.

Bartholdi est connu pour avoir réalisé Le Lion de Belfort en 1880 et la statue de La Liberté éclairant le monde pour l'entrée du port de New York, six ans plus tard.

Fragment - Déesse offrant le signe de vie au roiVoir l'image en grand Egypte Fragment de paroi de l'image d'une déesse offrant le signe de vie au roi

ProphétesseVoir l'image en grand Prophétesse