Musée de Grenoble

Accueil > Les expositions > Fantin-Latour. A fleur de peau > Portraits collectifs

Portraits collectifs

Entre 1864 et 1872, Fantin-Latour réalise ses tableaux les plus célèbres.Très hostile aux principes de l’impressionnisme naissant, il tourne le dos au plein air et ambitionne plutôt de révolutionner l’art de la peinture en suivant la voie originale des portraits de groupe.

Il expose l’Hommage à Delacroix au Salon de 1864 puis Le Toast l'année suivante, en hommage à la Vérité. Il détruira ce tableau peu après la fin du Salon en raison de son échec auprès du public. En 1870, Fantin s’attire enfin tous les éloges avec Un Atelier aux Batignolles organisé autour d'Édouard Manet qu'il admire.

Coin de table, dernier portrait de groupe de la période, resté célèbre grâce à la présence de Verlaine et Rimbaud, achève de forger sa réputation de portraitiste brillant et peu conventionnel.

Réalisée treize ans après, Autour du piano daté de 1885 est comme un retour sans lendemain au thème du portrait de groupe.

Un atelier aux Batignolles, 1870 Un atelier aux Batignolles, 1870. Musée d'Orsay © RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski
Un Atelier aux Batignolles

La filiation entre les portraits de groupe de Fantin-Latour et l’exemple de Rembrandt au XVIIe siècle est unanimement relevée par les commentateurs. Pas plus que chez le maître hollandais il n’y a chez Fantin- Latour de communication entre les personnages. Ce choix délibéré fut longtemps reproché au peintre par les critiques qui ne voyaient dans le tableau qu’un document relatant le regroupement d’artistes qui allaient écrire une page importante de l’histoire de l’art. Ce qui se révèle être un hommage à Manet, dans un style peu comparable à celui des futurs impressionnistes, ne doit pas masquer les personnalités propres des personnages représentés et l’indépendance qu’a toujours manifesté Manet à leur égard, par exemple en ne participant, comme Fantin-Latour, à aucune de leurs expositions communes.