Musée de Grenoble

Accueil > Les expositions > De Delacroix à Gauguin

De Delacroix à Gauguin - Chefs-d’oeuvre dessinés du XIXe siècle du musée de Grenoble

à venir - 17 mars – 17 juin 2018

Dernier volet d’un projet de recherche entamé en 2006 sur l’ensemble du fonds de dessins anciens du musée de Grenoble, cette exposition présente 120 des plus belles feuilles du XIXe siècle choisies dans un ensemble qui ne compte pas moins de 2 000 numéros.

Du romantisme aux prémices du symbolisme, cette sélection s’efforce de couvrir tous les courants qui traversent ce siècle éclectique, montrant des feuilles d’artistes célèbres comme Delacroix, Daumier, Corot, Jongkind, Puvis de Chavannes, Fantin-Latour et Gauguin, mais aussi d’autres dues au talent de peintres presque inconnus qui méritent une réhabilitation comme Charles de Châtillon ou Nicolas Berthon. Pour mettre en valeur cet ensemble, le parcours évoquera les thèmes qui traversent l’art de ce siècle : le regard sur le passé et l’histoire nationale, les voyages en Orient ou en Italie, l’intérêt pour le pittoresque et le patrimoine, l’art officiel et monumental, la question des artistes confrontés à la guerre, les réalismes ou encore la sensibilité au paysage.

Charles Marie Palianti, Intérieur de village en Orient, vers 1872

UN SIÈCLE ARTISTIQUE FOISONNANT
Le XIXe siècle est le temps de l’académisme. Mais du romantisme au réalisme, de l’impressionnisme au symbolisme, ce siècle voit aussi se succéder de nombreux mouvements qui renouvellent le langage artistique. Dans ce foisonnement créatif, certains peintres restent inclassables et optent pour un éclectisme qui sera la grande caractéristique de ce siècle. L’exposition montre ainsi des feuilles d’artistes célèbres comme Delacroix, Daumier et Gauguin, mais aussi d’autres dues au talent de peintres presque inconnus qui méritent une réhabilitation comme Charles de Châtillon ou Nicolas Berthon.

VOYAGES VÉCUS ET INTÉRIEURS
Découvrant l’Italie ou l’Orient, parcourant la France à la recherche de paysages pittoresques ou de coins de nature inviolés, les artistes de ce temps nous invitent souvent au voyage. Gauguin, pour sa part, nous conduit à la découverte des terres lointaines, encore plus éloignées de notre civilisation, comme Tahiti. D’autres plongent leur regard vers un passé fantasmé, réinventant le Moyen-âge ou la Renaissance. À la fin du siècle, à l’aube du symbolisme, ce voyage se fait intérieur.

LES COLLECTIONS DU MUSÉE AU PREMIER PLAN
Pour mettre en valeur cet ensemble, un parcours chrono-thématique semblait le plus approprié, évoquant des thèmes qui traversent l’art de ce siècle : le regard sur le passé et l’histoire nationale, les voyages en Orient ou en Italie, l’intérêt pour le pittoresque et le patrimoine, l’art officiel et monumental, la question des artistes confrontés à la guerre, l’illustration et la caricature, les réalismes ou encore la sensibilité au paysage.
Si elle n’est pas exhaustive, cette sélection permet en tout cas de rendre compte de la spécificité de cette collection, issue en partie de la collection de Léonce Mesnard (3 500 dessins dont un quart environ consacré au XIXe siècle entrés en 1902 et 1914), mais aussi des dons et legs d’artistes de l’époque qui ont vu dans le musée de Grenoble un lieu digne de valoriser leur oeuvre. Très peu montré, presque inédit, ce fonds considérable sera à terme mis en ligne.

Paul Gauguin, Te nave nave fenua, 1892Voir l'image en grand Paul Gauguin, Te nave nave fenua, 1892