Musée de Grenoble

Accueil > Hommage à Pierre Gaudibert

Hommage à Pierre Gaudibert

Les 24, 25 et 26 février 2021, l’Institut National d’Histoire de l’Art organise en ligne, un colloque dédié à Pierre Gaudibert, en partenariat avec le Musée d’Art Moderne de Paris, ainsi que l’université et le musée de Grenoble.

Ce colloque international propose de revenir sur cette figure-clé de la scène artistique française de l’après-guerre et sur les contextes intellectuels et politiques dont son parcours est révélateur.

A cette occasion, le musée rend hommage au conservateur qui dirigea l’institution grenobloise de 1977 à 1985 à travers un parcours dans les collections, visible dès la réouverture du musée.

En partenariat avec le Musée d’Art Moderne de Paris (MAM), le laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA) - université Grenoble - Alpes et l’Institut National de l’Histoire de l’Art (INHA).


Colloque en ligne (Zoom ) :

>> https://bit.ly/2Nf8oOA

>> Retrouver le programme complet sur le site de l’INHA


>> Découvrez le parcours en hommage à Pierre Gaudibert



Qui est Pierre Gaudibert ?

Personnalité singulière du monde culturel, militant engagé dans des mouvements d’éducation populaire ou au sein du Parti socialiste, critique et sociologue de l’art, Pierre Gaudibert (1928-2006) a laissé son empreinte sur plusieurs institutions culturelles, notamment au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris puis au musée de Grenoble.
Gaudibert n’a cessé de réfléchir à la place de l’art et de la culture dans la société, à la responsabilité des artistes et des acteurs culturels quant à la division sociale.
Tenant compte de l’héritage théorique et institutionnel de Pierre Gaudibert, de ses engagements mais aussi de ses désenchantements, impasses et limites, ce colloque vise à considérer les voies possibles que son travail a ouvertes à l’arrimage entre art et démocratie, à une pratique désenclavée des institutions, à une pluralité des cultures et des pratiques artistiques.

Focus sur...

l'intervention de Sophie Bernard, conservateur en chef au musée de Grenoble en charge des collections d’art moderne et contemporain

26 février 2021, 9h30

UN CONSERVATEUR SINGULIER AU MUSÉE DE GRENOBLE

Pierre Gaudibert prend la tête du musée de Grenoble en 1977. Il poursuivra, jusqu’en 1985, l’action qu’il avait initiée au musée d’art moderne de la Ville de Paris et dans le cadre de l’ARC (Animation - Recherche - Confrontation). À travers sa politique d’expositions – en tout, une quarantaine de manifestations, dont se fait l’écho sa politique d’acquisitions (près de quatre cents oeuvres intègrent alors les collections du musée), il a révélé son esprit, celui d’un homme ouvert et éclectique, engagé et peu académique. S’il confie, dans la Revue du Louvre (1980), son souhait d’enrichir la collection moderne, son action le distingue en réalité de ses prédécesseurs comme de ses successeurs.
Dans l’histoire du musée de Grenoble, la « période Pierre Gaudibert » est une « parenthèse ». Il s’agira ici de le montrer à l’aide d’un slide-show illustrant les expositions organisées et plus particulièrement les collections acquises. On constatera qu’y prédominent des personnalités singulières (Nicolas de Staël, Bellmer), des tenants de la Figuration Narrative (Cueco, Equipo Cronica, Erró, Monory, Rancillac), des artistes attachés au geste et à l’expérimentation (Jorn, Tapiès, Dubuffet et Bram van Velde), des figures internationales notamment africaines (Guinan, Lam), et enfin des Naïfs. A Grenoble comme ailleurs, ainsi qu’en témoignent le Festival d’art africain (1982) et l’exposition Présences artistiques du Maroc à Grenoble (1984), Pierre Gaudibert s’est fait le chantre de l’ouverture et du métissage.