Musée de Grenoble

Les 20 ans

Accueil > Le musée > Parc de sculptures

Parc de sculptures

L'esplanade François-Mitterrand et le parc Albert-Michallon accueillent dans un site exceptionnel un ensemble de quinze sculptures, prolongement en plein air des salles du musée consacrées à l'art du XXe siècle. Depuis 1988, le parc de sculptures s'est, en effet, progressivement développé dans cet espace de 16.000 m², magnifiquement planté de grands arbres et d'espèces rares intégrant aussi les vestiges de l'un des murs d'enceinte de la ville.

Expression contemporaine des jardins de sculptures nés au XVIe siècle, le parc de sculptures du musée constitue, grâce aux œuvres qui y sont implantées et la richesse de sa végétation, le lieu privilégié d'une  rencontre entre l'art et la nature.

Anthony Caro

Song of the mountains (Le Chant des montagnes)

Formé à la Royal Academy de Londres puis assistant d'Henry Moore, Anthony Caro commence sa carrière par des sculptures expressionnistes. A la suite d'un voyage aux Etats-Unis au début des années 60, avec le critique d'art Clément Greenberg, il rencontre David Smith et adopte l'acier comme matériau. Il réalise alors ses premières compositions abstraites aux formes simplifiées et géométriques : plaques de métal usinées, boulonnées ou soudées, souvent peintes de couleurs vives. A partir de 1970, son art évolue vers un format plus architectural avec notamment les trente-sept pièces d'York au Canada ou des œuvres monumentales telle After Olympia (1987) installée dans le quartier de la Défense à Paris.
Anthony Caro a conçu Song of the mountains (Le Chant des montagnes), 1992-93, pour le parc de sculptures du musée. Séduit par le mur d'enceinte des anciennes fortifications, il l'a appuyée sur le sommet de celui-ci. L'œuvre, puissante, rappelle le schéma des "sculptures tables", premières tentatives faites dans les années 60 pour ouvrir un espace sous la sculpture. Cette volonté d'alléger le noyau central de la structure s'est poursuivie dans les "sculptures cascades" qui font ici référence. Le positionnement de l'œuvre sur l'angle du mur permet d'amplifier ce jeu sur l'espace. L'articulation très linéaire et continue des grandes plaques d'acier donne une parfaite autonomie à l'œuvre pourtant très intégrée à son support de pierre.

Anthony Caro

(Né à New Malden (Royaume-Uni) en 1924, mort à Londres (Royaume-Uni) en 2013)

Song of the mountains (Le Chant des montagnes)

Acier Corten

6,10 m x 9,15 m x 7,60 m

Commande de la Ville de Grenoble avec le soutien du Ministère de la Culture en 1992-93

© Musée de Grenoble