Musée de Grenoble

Les 20 ans

Accueil > Les collections > Les œuvres > XVIIIe

XVIIIe siècle

Le XVIIIe siècle se partage entre un parcours majestueux de grands formats de l'école française et un ensemble d'œuvres italiennes. Il exclut, par l'histoire liée au musée, tout un ensemble représentatif d'une peinture plus précieuse ou plus frivole de la société de cette époque.




Louis Jean-Jacques DURAMEAU

La Continence de Bayard, 1775

Louis Durameau fut l'élève de Jean-Baptiste Pierre et pensionnaire de l'Académie de France à Rome. Mis à la mode par la littérature, le goût nouveau pour des sujets exaltant la Nation incita le Comte d'Angiviller à commander à Durameau ce tableau qui relate une scène de la vie de Bayard. Le thème traité est celui de la noblesse du héros compatissant venant en aide à une famille démunie. Par ce geste d'une élégance chevaleresque, il révèle son élévation morale et ses qualités de cœur. Ainsi sont exaltées les vertus d'un homme appelé à jouer un rôle important dans l'histoire du pays.
Le tableau est partagé en deux parties égales superposées. Les personnages disposés en frise dans un espace restreint en profondeur animent le registre inférieur. L'action se noue autour du geste du chevalier offrant sa bourse à la reconnaissance déférente de la mère de l'héroïne. L'artiste est plus à l'aise dans la description minutieuse des costumes, le rendu des matières plutôt que dans le traitement des figures et l'expression des sentiments. Le rouge, le bleu, le vert, l'or et l'argent sont utilisés avec largesse. Ces teintes vives s'opposent à celles assourdies de la partie supérieure de l'œuvre. Animé d'un souci de vérité historique, le peintre prend soin de replacer cet épisode dans le cadre de son époque. Il recrée l'atmosphère et le décor d'un intérieur civil gothique et anticipe d'un demi-siècle la vogue du style "troubadour".

Louis Jean-Jacques DURAMEAU

(Paris, 1733 - Versailles, 1796)

La Continence de Bayard, 1775

Huile sur toile

320 x 225 cm

Acquisition du Musée du Louvre Dépôt au musée de Grenoble le 16 mars 1876

Domaine public

© Musée de Grenoble