Musée de Grenoble

Le musée de Grenoble a réuni au cours de son histoire une importante collection d’antiquités qui compte environ quatre cents pièces venues d’Égypte auxquelles il faut ajouter des objets en bronze, en céramique et en pierre d’origine grecque et romaine pour la plupart. Fruit de dons successifs, au XIXe et au début du XXe siècle, cet ensemble est révélateur de l’érudition, de la passion et de la générosité de nombreux Dauphinois qui enrichirent le fonds de la bibliothèque municipale. En effet, ce n’est qu’à partir de 1916, à l’arrivée de la plus importante de ces donations, celle des antiquités égyptiennes du comte Louis de Saint-Ferriol, que le musée prit en charge l’ensemble des antiquités appartenant à la ville.



Moyenne Égypte

Momie d'une "prophétesse" provenant d'Antinoé, fouilles A. Gayet, campagne 1906-1907, entre 520 et 610

Découverte en 1907 par l'archéologue Albert Gayet dans une nécropole copte de Moyenne Egypte, la prophétesse d'Antinoé est accompagnée d'un remarquable mobilier funéraire. Vêtue de textiles à décors particulièrement bien conservés, la défunte est entourée d'un luth, de quatre vases et d'une statuette d'Isis-Déméter en terre cuite polychromée, de deux flacons en verre et d'une paire de sandales.

Elle reposait dans un cercueil de bois, dont il subsiste la planche de dessous, enterrée dans un caveau de brique. Les conditions d'hygrométrie et de température ont favorisé sa conservation. L'analyse d'un fragment d'os au radiocarbone a permis de la dater entre 520 et 610 après J.-C. Une équipe scientifique pluridisciplinaire a étudié le corps de la "momie", ses vêtements et les objets découverts auprès d'elle, spécialement un luth. Cet instrument de musique est remarquable par sa rareté et son très bon état de conservation. Il fait partie de la série des sept luths coptes connus à ce jour, datés entre le Ve et le VIIe siècle.

À propos de cette défunte, Albert Gayet parlait de la "prophétesse" ou "Prêtresse des images d'Osiris Antinoüs… chargée de rendre l'oracle au nom du dieu". Cette fonction semble néanmoins improbable à une époque où le christianisme était largement répandu en Egypte. Compte tenu de la qualité de ses vêtements et des objets qui l'entourent, on peut néanmoins affirmer sans conteste que cette femme occupait une place importante ou influente dans la société de son temps.

>> Les coulisses de l'étude scientifique (2010)

>> Les résultats de l'étude scientifique (document consulté le 14/03/2016 sur hal.archives-ouvertes.fr)

>> En savoir plus sur le mobilier funéraire présent dans la tombe de la prophétesse

>> En savoir plus sur la prophétesse

>> Notice en ligne

>> Consultez l'ensemble des objets retrouvés à Antinoé

Moyenne Égypte

Momie d'une "prophétesse" provenant d'Antinoé, fouilles A. Gayet, campagne 1906-1907, entre 520 et 610

Corps humain de sexe féminin, desséché (et non embaumé)

154 x 35 cm

Don de la Société française des fouilles archéologiques en 1907

Domaine public

© Musée de Grenoble