Giuseppe Penone

Verde del bosco (Vert du bois), 1986

De même qu’il se livre à une sorte de mise à plat de la surface de son corps, Penone réalise une cartographie de celle de l’arbre lorsqu’il cherche à extraire de la matière de la forêt une représentation d’elle-même : le Vert du bois. Pour ce faire, il frotte des feuilles d’arbre sur une toile libre appliquée sur différents troncs. De ce procédé naît une image de la forêt tirée de sa propre substance, la chlorophylle. Dans cette œuvre, il mêle à la forêt l’empreinte de son corps dont la partie supérieure – le tronc – donne naissance à une ramure. Il apparaît alors arbre parmi les arbres, irrigué de la même sève, et ses branches comme des bras se tendent elles aussi vers la lumière.

"Capturer le vert de la forêt.
Parcourir d'un geste le vert de la forêt.
Frotter le vert du bois.
Superposer le vert de la forêt à la forêt.
Imaginer l'épaisseur du vert de la forêt.
Travailler avec la splendeur , la consistance du vert de la forêt.
Consumer le vert de la forêt contre la forêt.
Refaire la forêt avec les verts de la forêt."

Giuseppe Penone, 1984


Retour à la sélection d'oeuvres

Giuseppe Penone

Verde del bosco (Vert du bois), 1986

264 x 583 cm

©Adagp, Paris 2014

Crédit photographique : Ville de Grenoble/Musée de Grenoble - Jean-Luc Lacroix