Giuseppe Penone

Spine d'acacia - contatto, maggio 2005 (Epines d'acacia - contact, mai 2005), 2007

Dans deux travaux récents représentant l’empreinte monumentale d’une bouche, Penone a reproduit les innombrables tracés qui composent le dessin des lèvres avec pour l’une des épines d’acacia, pour l’autre du graphite. Ce qui prédomine dans la première œuvre est la présence végétale des milliers d’épines, ainsi que le contraste saisissant entre la soie immaculée du support, aussi fine et fragile qu’une peau, et la violence de ces pointes tendues comme autant de stylets. Avec les Peaux de graphite on passe du végétal au minéral, de la lumière à l’obscurité. Tout n’est ici que sombre luminescence, bouche d’ombre. La bouche, par laquelle passe le souffle, mais aussi la parole, devient avec ces œuvres une étendue changeante, multiple, insaisissable.

"Bouche, lèvres, toucher, sensualité, ventouse.
Épine, piqûre, blessure, douleur bien circonscrite, précise,
terminaison nerveuse.
Un tissu d'épines, de terminaisons nerveuses.
Pression des lèvres sur une surface, sensibilité primordiale, animale,
connaissance première, culture première,
langage premier.
Lèvres d'épines.
Déchiffrage des points d'adhérence des lèvres à une surface.
Lèvres, totalité, un univers d’espace.
Les lèvres effacent les dimensions, les proportions,
l’univers est contenu par les lèvres.
Une arête de poisson sucée, un fin cheveu, la pointe d’un sein,
occupent l’espace immense de notre esprit, l’univers du toucher.
Un univers privé de perspective, un univers de sensualité, de désir,
qui recueille tout dans l’espace incertain des lèvres,
incertain parce qu’espace où se touchent en leurs bords
le dedans et le dehors, le moi et l’autre.
Espace de fusion, d’osmose totale.
Surface qui enveloppe, entoure de sa caresse
le cerveau et les images que notre pensée produit."

Giuseppe Penone, 1999

Retour à la sélection d'oeuvres

Giuseppe Penone

Spine d'acacia - contatto, maggio 2005 (Epines d'acacia - contact, mai 2005), 2007

©Adagp, Paris 2014

Crédit photographique : Ville de Grenoble/Musée de Grenoble - Jean-Luc Lacroix