Musée de Grenoble

Le musée de Grenoble a réuni au cours de son histoire une importante collection d’antiquités qui compte environ quatre cents pièces venues d’Égypte auxquelles il faut ajouter des objets en bronze, en céramique et en pierre d’origine grecque et romaine pour la plupart. Fruit de dons successifs, au XIXe et au début du XXe siècle, cet ensemble est révélateur de l’érudition, de la passion et de la générosité de nombreux Dauphinois qui enrichirent le fonds de la bibliothèque municipale. En effet, ce n’est qu’à partir de 1916, à l’arrivée de la plus importante de ces donations, celle des antiquités égyptiennes du comte Louis de Saint-Ferriol, que le musée prit en charge l’ensemble des antiquités appartenant à la ville.


Egypte

Stèle royale de Ramsès II, dite de Kouban

Zoomez pour explorer les hiéroglyphes !

La stèle de Kouban fut découverte en 1842 par le comte Louis de Saint-Ferriol lors de son voyage en Égypte et en Nubie. Elle se trouvait dans l’ancienne Baky (~ 120 km au sud d’Assouan), place forte déjà en fonction au Moyen Empire protégeant l’accès aux gisements aurifères de l’ancienne Akayta, aujourd’hui « Oumm Garayât », et du ouâdi al-Allaqi.

Cette belle stèle de granite commémore un événement exceptionnel. Dans la partie supérieure, ou « cintre », Ramsès II fait offrande et fumigation respectivement aux dieux Min de Coptos et Horus de Baky.
Dans le registre inférieur, un texte hiéroglyphique de 38 lignes nous informe que Ramsès II, en l’an 3 de son règne, décida du forage d’un puits alimentant en eau la route désertique qui aboutissait aux mines aurifères du ouâdi al-Allaqi. Il prit conscience que hommes et bêtes qui sillonnaient cette route mouraient de soif et, par conséquent, ne rapportaient plus d’or. Le vice-roi de Nubie dirigea les travaux de creusement sur les instructions du roi, travaux qui furent un grand succès puisque l’eau jaillit d’une profondeur de 12 coudées.
Cette stèle constitue un témoignage essentiel sur l’idéologie royale ramesside, le roi étant présenté comme surmontant un obstacle jamais vaincu auparavant : celui de l’approvisionnement en eau des expéditions menées vers les mines d’or d’Akayta.

Cette stèle commémorative est entrée dans les collections du musée de Grenoble en 1916 quand Gabriel de Saint-Ferriol en fit don. Désormais, elle est accessible aux visiteurs dans l’une des salles consacrées à l’Antiquité égyptienne.

>> Traduction commentée de Bernard Mathieu

>> Notice en ligne

FOCUS sur le cintre de la stèle de Kouban

Cintre de la stèle de Kouban - détails des cartouchesVoir l'image en grand Cintre de la stèle de Kouban - détails des cartouches

Cartouches de Ramsès II

La titulature du pharaon se compose de cinq noms (cf. 1re ligne de la stèle) dont les deux derniers sont inscrits dans un cartouche (symbole hiéroglyphique, de forme allongée [ovale] et fermé par un nœud, qui contient le nom d'un pharaon et a pour fonction de protéger son nom) : son nom de roi de Haute et Basse-Égypte (ou nom de couronnement), ici « Ousermaâtrê Setepenrê », et son nom de « Fils de Rê » (ou nom de naissance), ici « Ramsès Méryamon ».

Voir l'image en grand

Cintre - représentations à gauche

Ramsès II fait offrande de deux vases-nou (ou vases globulaires à vin) au dieu Min de Coptos. Il est revêtu des attributs du pharaon : couronne- kheprech, uraeus, pagne-chendjyt, queue de taureau et sandales.

Min de Coptos (~ 40 km au nord de Louqsor) est un dieu ithyphallique (au phallus en érection) qui préside au désert oriental où se rendent les expéditions chargées d’exploiter.

Voir l'image en grand

Cintre - représentations à droite

Ramsès II présente de l’encens au dieu Horus de Baky. Il est revêtu des attributs du pharaon : couronne- kheprech, uraeus, pagne-chendjyt, queue de taureau et sandales.

Horus de Baky est un dieu hiéracocéphale (à tête de faucon) qui préside au site nubien où fut découverte cette stèle commémorative à savoir Kouban, l’ancienne Contra Pselcis des Grecs (~ 120 km au sud d’Assouan).

Egypte

Stèle royale de Ramsès II, dite de Kouban

Granit de Syène : vulgo syenite composé de quartz, feldspath rose, amphibole et mica noir

79 x 166 x 11,2 cm

Don du Comte Gabriel de Saint-Ferriol. Ancienne collection du comte Louis de Saint-Ferriol en 1916

Domaine public

Crédit photographique : Ville de Grenoble/Musée de Grenoble - Jean-Luc Lacroix