Musée de Grenoble

Les 20 ans

Les conservateurs du musée, depuis sa fondation jusqu'à la fin du XIXe siècle, ont accordé une place privilégiée au dessin participant ainsi à la constitution d'un fonds de dessins anciens, riche aujourd'hui de plus de cinq mille feuilles. A ce fonds initial s'ajoute depuis le XXe siècle un très riche ensemble d'œuvres modernes et contemporaines.




Accroche Arts Graphique

GAUGUIN Paul

Te nave nave fenua, 1892

À la recherche d'un paradis mythique, Gauguin part à Tahiti en 1891 pour un séjour de deux ans. C'est probablement durant cette période que l'artiste exécute plusieurs œuvres sur le thème de l'Ève tahitienne, représentée avant la faute. Le dessin de Grenoble et le tableau qu'il prépare, conservé au musée des beaux-arts Ohara, à Kurashiki au Japon, s'intitulent tous deux Te nave nave fenua (Terre délicieuse) et datent de 1892. Le modèle de cette Ève tahitienne n'est autre que la compagne de Gauguin, Teha'amana, mais l'attitude et les gestes sont directement empruntés à un bas-relief du temple javanais de Borobudur dont l'artiste possédait une photographie. Entièrement nue, au sein d'un paysage paradisiaque, la jeune femme s'apprête à cueillir une fleur étrange, semblable à une plume de paon tandis qu'un lézard ailé, incarnation du diable, lui susurre les paroles de la tentation. Cette vision idyllique correspond à l'image rêvée que Gauguin se faisait de Tahiti avant de s'y rendre. Les Ève de cette période sont autant d'incarnation de l'exotisme et du primitivisme qu'il ne cessait de rechercher. L'originalité de ce dessin réside dans son traitement pointilliste, technique quasiment absente de son œuvre par ailleurs. En effet, à partir de 1886 et à la suite d'une malencontreuse querelle avec Signac et Seurat, Gauguin s'est toujours montré dédaigneux de ce qu'il nommait « Le Point ». Peut-être faut-il voir dans cette aquarelle et dans une autre, illustrant son manuscrit de l'Ancien culte maori, pareillement traitée à l'aide de points colorés, un hommage tardif à Seurat, mort un an avant.

GAUGUIN Paul

(Paris, 1848 - Fatu Hiva, 1903)

Te nave nave fenua, 1892

Lavis à l'encre de chine, aquarelle et gouache sur papier

29,5 x 21,8 cm

Legs de Agutte-Sembat en 1923

Domaine public

© Musée de Grenoble