Musée de Grenoble

Les 20 ans

La section consacrée à l'art moderne est remarquable par la qualité des œuvres réunies et le caractère prestigieux de leur provenance. Grâce à l’action d’Andry-Farcy, qui à partir de 1919, date de sa nomination comme conservateur, défendit l’art d'avant-garde à Grenoble, nombre d’œuvres exceptionnelles entrèrent dans les collections. Ainsi, du Legs Agutte-Sembat qui, en 1923, apporta un ensemble unique de peintures néo-impressionnistes et fauves, aux dons de Matisse et de Picasso, des achats d'oeuvres de Léger, Bonnard et Soutine notamment, au groupe d’œuvres surréalistes patiemment constitué, c'est une suite impressionnante de chefs-d’œuvre et de grands noms de l’art du XXe siècle qui sont ici rassemblés.

Paul KLEE

Paysage à l'enfant, 1923

Hésitant entre la carrière musicale et les arts plastiques, Paul Klee s'inscrit à l'Académie de Munich en 1899. Installé dans la ville, il se joint en 1911 aux activités du Blaue Reiter et les voyages qu'il effectue en 1914 en Afrique du Nord lui permettent de trouver son langage.
Dans le même temps, les dessins prennent une tournure plus symbolique et mettent en scène des motifs tels qu'échelle, parallèles, flèche… tandis que les aquarelles, tout en vibration, atteignent une perfection de transparence cristalline. Lorsqu'en 1921, il entre comme professeur au Bauhaus, son enseignement révèle, comme ses écrits de l'époque, une conception de l'art imprégnée de romantisme allemand et de la philosophie de Hegel.
Paysage à l'enfant a été réalisé au début de la période du Bauhaus, où Klee est entré comme professeur en 1921. Le tableau de petit format est composé de motifs d'arbres et de maisons, simples et naïfs, ainsi que d'un enfant placé en bas à gauche. Ces "signes", répartis sur la toile en une sorte de trame orthogonale, sont étagés sur la hauteur et se déchiffrent comme une partition de musique.
Les tons en camaïeux de rose, bleu et violet s'illuminent ça et là de quelques touches de jaune. Les couches fines de peinture jouent de leur superposition et de leur transparence. Paysage à l'enfant, merveilleux petit tableau dont le cadre argenté rehaussé de violet a pu étre conservé, s'ouvre sur un univers de poésie intense, plaidoyer suave en faveur de cette synthèse des arts si chère à Paul Klee.

Paul KLEE

(Münchenbuchsee, 1879 - Locarno, 1940)

Paysage à l'enfant, 1923

Huile sur bois

28,7 x 41,5 cm

Don de la Galerie Daniel-Henry Kahnweiler en 1935

Domaine public

© Musée de Grenoble