Laurent de LA HYRE

L'Apparition du Christ aux pèlerins d'Emmaüs, 1656

La Hyre, au style mesuré enrichi d'une parfaite maîtrise de la perspective, est avec Poussin et Vouet, un des grands maîtres de la peinture française du XVIIe siècle.
Peintes en 1656 pour le monastère de la Grande Chartreuse en Isère, cette œuvre et son pendant, le Noli me tangere, étaient probablement disposées sur les autels de deux chapelles proches l'une de l'autre.
L'épisode d'Emmaüs est relaté dans l'Évangile de Luc : le Christ ressuscité rencontre deux pèlerins qui ne l'ont pas reconnu et les accompagne au village d'Emmaüs où, au cours du repas partagé, ces derniers l'identifient alors qu'il rompt le pain. Les deux hommes sont suspendus dans leurs attitudes et leurs expressions, l'incrédulité se lit sur leurs visages tandis que le Christ semble se perdre dans une révélation lumineuse. La nappe fraîchement repassée, les serviettes de table empilées et les miettes de pain forment une nature morte d'une grande sobriété.
Laurent de la Hyre se plait à dépeindre la scène en extérieur, décor d'architectures antiques agrémentées d'un paysage à la végétation abondante où se mêlent palmiers, bouleaux et conifères. La présence du pavement produit un effet perspectif qui ouvre la composition sur la gauche.
La palette est composée de tons chauds qui créent une atmosphère de douceur et de sérénité. Dernières commandes faites à l'artiste l'année même de sa mort, ces toiles incarnent parfaitement l'idéal de pureté et d'harmonie de l'art parisien au temps de Mazarin.

Laurent de LA HYRE

(Paris, 1606 - 1656)

L'Apparition du Christ aux pèlerins d'Emmaüs, 1656

Huile sur toile

162,5 x 178,5 cm

Saisie de l'Etat Inventorié en 1797

Domaine public

© Musée de Grenoble