Musée de Grenoble

Les 20 ans

De l'académisme persistant à l'impressionnisme en passant par le romantisme et le réalisme, la collection XIXe du musée est représentative de toutes les tendances de ce siècle. Grands et petits formats se partagent l'espace de neuf salles dont deux sont dédiées à la sculpture, bénéficiant d'un éclairage latéral qui met en valeur les volumes.



INGRES, Tête de la Grande Odalisque, 1814

Jules-Jean-Antoine LECOMTE DU NOÜY

Homère mendiant, 1881

Lecomte du Noüy a été l'élève de Jean-Léon Gérôme dont il partagea le goût pour les motifs archéologiques. De nombreux voyages en Orient lui permirent de rapporter une importante documentation utilisée dans de nombreuses toiles.

Dans Homère mendiant, l'artiste a choisi la forme traditionnelle du triptyque pour traiter son sujet. Un cadre richement doré et sculpté donne à l'œuvre un caractère monumental. La composition est symétrique, le panneau central qui représente Homère est complété à gauche et à droite de scènes inspirées de l'Illiade et l'Odyssée. Une géométrie rigoureuse fondée sur l'emploi des diagonales structure la partie représentant le poète arrivé aux portes d'Athènes. Son air halluciné, son dénuement, la lumière d'une dureté métallique qui cisèle les corps confèrent à la scène une inquiétante étrangeté. L'image de la ville est dominée par l'Acropole. La lueur diffuse d'un ciel d'orage au crépuscule s'oppose à celle, plus chaude, du foyer sur la gauche.

Dans les deux panneaux latéraux, l'allure hiératique de Pénélope s'oppose à la scène où le corps renversé d'Hector mort, saisi dans une posture dynamique, est associé à l'allure menaçante de la Vengeance divine qui s'avance en criant sous le regard des Dieux de l'Olympe.

L'accumulation et la précision des détails, la lyre constituée d'une carapace de tortue et de deux cornes d'antilope, le sceptre de Priam et le médaillon gravé inspiré de monnaies hellénistiques, témoignent du goût de l'artiste pour les reconstitutions archéologiques.

Jules-Jean-Antoine LECOMTE DU NOÜY

(Paris, 1842 - 1923)

Homère mendiant, 1881

Huile sur toile

236,5 x 174 cm Panneaux latéraux: h.236,5; l.104

Achat à l'artiste en 1891

Domaine public

© Musée de Grenoble