Claude GELLÉE dit LE LORRAIN

Paysage pastoral, 1644

C'est à Rome que Claude Lorrain exerça la plus grande part de son activité de peintre. Cette vue imaginaire inspirée de la campagne romaine aux environs de Tivoli a été peinte, avec son pendant aujourd'hui conservé à Buckingham Palace à Londres, pour Michel Passart, maître des comptes à Paris qui fut le mécène de Nicolas Poussin. Au siècle où la peinture de paysage trouve son plein épanouissement, cette œuvre offre une vision poétique et idéalisée. 
Paysage pastoral s'appuie sur une étude réalisée d'après nature, puis reprise à l'atelier. La composition s'organise selon une diagonale qui partage en deux la surface du  tableau : la partie droite plus descriptive évoque Tivoli avec sa grande cascade à l'arrière-plan. Des éléments d'architecture sont identifiables, comme l'édifice circulaire en ruine dit Temple de la Sibylle ou le pont à cinq arches, situé dans le lointain, le Ponte Molle ou Milvio, qui vit se dérouler la bataille de Constantin contre Maxence. La partie gauche s'ouvre sur le lointain, l'ensemble baigne dans une lumière matinale rendue par un accord fondu de bleu et de jaune. 
Plus près, appartenant au premier plan du tableau, le pont sur lequel passent personnages et animaux, les chèvres qui s'affrontent et le pâtre jouant de la flûte à bec sont des motifs récurrents que l'on retrouve dans d'autres tableaux de Claude à des périodes différentes de sa carrière.
Parfait exemple du paysage classique, ce tableau fait partie des plus grandes réussites de Claude Lorrain.

Claude GELLÉE dit LE LORRAIN

(Chamagne, vers 1604-1605 - Rome, 1782)

Paysage pastoral, 1644

Huile sur toile

98 x 137 cmpoids

Acquis par la ville à François de Bonne, 2ème duc de Lesdiguières en 1719

Domaine public

© Musée de Grenoble