Musée de Grenoble

Les 20 ans

A la suite d'Andry-Farcy, tous les conservateurs se sont attachés à poursuivre la politique d'acquisition en direction de l'art contemporain avec, à partir des années 70, une ouverture vers l'art international, qui continue de placer Grenoble parmi les premiers musées d'art contemporain européens.





Thomas SCHÜTTE, Untittled (Blue Head), 2002

Juan MUÑOZ

One Figure, 2000

La carrière de Juan Muñoz s'est interrompue brutalement au mois d'août 2001, alors qu'il réglait les détails de sa première rétrospective itinérante aux États-Unis. De sa curiosité sans cesse en éveil, de ses engagements passionnés et généreux, son œuvre  – comme sa vie – se nourrissait. Ses sculptures sont à son image : complexes, paradoxales, énigmatiques, théâtrales. Elles possèdent une telle présence, elles dégagent une telle énergie qu'il est parfois difficile d'imaginer que leur auteur n'est plus. Restent ses histoires, métaphores inquiètes ou cruelles de l'opacité des choses et de l'hermétisme des êtres. Restent le monde qu'il a créé avec ses personnages étranges et familiers et ses mises en scène d'une évidence mystérieuse.
Le miroir est un objet récurrent dans l'œuvre de Juan Muñoz. Il apparaît dans cette sculpture dans la plénitude de son statut : à la fois surface reflétant le visible et paroi de verre ouvrant sur un autre espace, inconnu, “au travers du miroir”. Œuvre d'une grande beauté, Figure avec miroir compose avec la seule présence d'un personnage penché, une métaphore saisissante du questionnement du visible et de l'invisible, du réel et de l'imaginaire. Dédoublement, redoublement des apparences, telles sont les issues ouvertes par le miroir comme autant de pièges. Mais le personnage de Figure avec miroir a les yeux fermés. Il ne regarde pas son reflet mais l'intérieur de lui-même, son front touche le front de son double qui le touche également : un pont est jeté entre ici et l'au-delà. 

Juan MUÑOZ

(Madrid, 1953 - Ibiza, 2001)

One Figure, 2000

Résine de polyester, miroir

110 x 60 x 50 cm

Achat à la Galerie Marian Goodman en 2005

© Estate Juan Munoz/Cristina Iglesias

© Musée de Grenoble