Musée de Grenoble

Les 20 ans

La section consacrée à l'art moderne est remarquable par la qualité des œuvres réunies et le caractère prestigieux de leur provenance. Grâce à l’action d’Andry-Farcy, qui à partir de 1919, date de sa nomination comme conservateur, défendit l’art d'avant-garde à Grenoble, nombre d’œuvres exceptionnelles entrèrent dans les collections. Ainsi, du Legs Agutte-Sembat qui, en 1923, apporta un ensemble unique de peintures néo-impressionnistes et fauves, aux dons de Matisse et de Picasso, des achats d'oeuvres de Léger, Bonnard et Soutine notamment, au groupe d’œuvres surréalistes patiemment constitué, c'est une suite impressionnante de chefs-d’œuvre et de grands noms de l’art du XXe siècle qui sont ici rassemblés.

 

 

Marc CHAGALL

Songe d'une nuit d'été, 1939

Marc Chagall restera très longtemps attaché à son pays d'origine, la Russie, et même s'il passe l'essentiel de sa vie en France, d'abord à Paris puis à Vence, il y retournera et  exercera des fonctions officielles de 1914 à 1922. Parmi les œuvres des artistes de l'École de Paris, l'art  de Chagall reste empreinte d'une philosophie et d'une force poétique très personnelles. L'observation de la réalité quotidienne à travers le prisme des influences fauves et cubistes conjuguées se traduit par une "explosion lyrique totale" selon l'expression d' André Breton.
Chagall évolue de sa réalité intérieure vers un univers où sont rassemblés des personnages échappant à toute vraisemblance comme par exemple dans Songe d'une nuit d'été. Peint pendant la période parisienne de l'artiste, ce tableau a pour thème la comédie de William Shakespeare, que le peintre a située dans une forêt de rêve habitée de sylphes et d'amoureux. La reine des fées Titania, ensorcelée, est éprise d'un tisserand à tête d'âne, Bottom. La femme vêtue d'une robe de mariée blanche et d'un voile se retrouve presque à l'identique dans plusieurs tableaux de cette époque, parfois avec le même éventail bleu. Souvent sont également représentés des êtres ailés et des violonistes.
Le recours au merveilleux réconcilie l'image de la réalité avec la fable. La naïveté de la composition, sans perspective, s'ajoute au contraste des touches colorées juxtaposées pour créer un espace pictural "magique".

Marc CHAGALL

(Vitebsk, 1887 - Saint-Paul-de-Vence, 1985)

Songe d'une nuit d'été, 1939

Huile sur toile

116,5 x 89 cm

Don de l'artiste en 1951

© ADAGP

© Musée de Grenoble