Musée de Grenoble

Les 20 ans

Accueil > Les collections > Les œuvres > XVIIIe

XVIIIe siècle

Le XVIIIe siècle se partage entre un parcours majestueux de grands formats de l'école française et un ensemble d'œuvres italiennes. Il exclut, par l'histoire liée au musée, tout un ensemble représentatif d'une peinture plus précieuse ou plus frivole de la société de cette époque.




Jean RESTOUT

La Crucifixion de Saint-André, 1749

Neveu de Jean-Baptiste Jouvenet dont il fut l'élève, Jean Restout devint, comme jadis son oncle, le principal peintre religieux de son temps. L'Eglise joua, par ses commandes, un rôle considérable dans la première moitié du XVIIIe siècle pour le maintien en France du "grand goût", la peinture d'histoire.
La Crucifixion de Saint André a été peinte en 1749 pour la collégiale Saint André de Grenoble. Un dessin préparatoire, conservé au séminaire d'Issy-les-Moulineaux est parvenu jusqu'à nous. Il nous permet de connaître l'une des étapes de la pensée plastique de Restout. Plus dense et confuse dans le projet, la composition gagne en clarté lors de la réalisation définitive. La mise en place des différents personnages, les gestes et les attitudes s'enchaînent avec aisance autour des deux diagonales qui structurent l'œuvre. Les corps allongés des différents acteurs s'épanouissent en arabesques d'une ampleur peu commune. La profondeur est soulignée par l'échelle projetée vers l'avant, la liaison entre le soldat accroupi au premier plan et le groupe central est assurée par la direction de son regard.
En coloriste émérite, avec un sens extrême de l'économie, Restout restreint sa palette à des bruns et des gris d'une grande variété de nuances complétés de verts et de bleus peu sonores. Ce tableau, assurément l'un des chefs-d'œuvre de la peinture religieuse au XVIIIe siècle, doit beaucoup par son lyrisme et sa science du coloris à la leçon de Rubens alors que son unité semble plutôt redevable à l'art de Jouvenet.

Jean RESTOUT

(Rouen, 1692 - Paris, 1768)

La Crucifixion de Saint-André, 1749

Huile sur toile

360 x 285 cm

Saisie de l'Etat Inventorié en 1797

Domaine public

© Musée de Grenoble