Matthias STOMER

Le Repas d'Emmaüs, XVIIe siècle

Stomer, élève de Bloemaert vers 1620, a fait plusieurs séjours en Italie et s'est spécialisé dans la peinture de scènes religieuses. Son art, fortement influencé par l'œuvre de Caravage, se caractérise par l'usage fréquent d'un éclairage "à la chandelle" qui eut de nombreux adeptes hollandais, italiens et français autour de cette date.

La Cène à Emmaüs est la troisième version de ce sujet. Quatre personnages, le Christ, les disciples et un serviteur en arrière-plan, sont représentés à mi-corps. Outre l'éclairage, le réalisme des visages et des vêtements démontre l'inspiration caravagesque. La lumière dorée distribuée par la flamme de la bougie engendre un halo dans lequel sont réunis les corps. Le visage du Christ est calme et lumineux tandis que les autres personnages semblent stupéfaits de leur découverte. Toute la scène s'organise autour du jeu de regards orientés vers Jésus. Les mains, en position d'arrêt devant l'intensité dramatique d'un tel choc, animent l'espace entre la table et les visages. Les horizontales très marquées sont contrebalancées par la verticale de la chandelle. Le pain, le sel et l'agneau constituent les éléments symboliques du repas.

Un chien, situé au tout premier plan du tableau, crée une tache claire qui anime l'espace sombre de la nappe en même temps qu'il donne le sens de lecture de l'œuvre, de la gauche vers la droite. L'éclairage artificiel, le réalisme précis et le cadrage en gros plan contribuent à créer un effet de saisissement caractéristique du thème.

Matthias STOMER

(Amersfoort, 1600 - Italie, 1650)

Le Repas d'Emmaüs, XVIIe siècle

Huile sur toile

130 x 164 cm

Achat en 1826

Domaine public

© Musée de Grenoble