Musée de Grenoble

Les 20 ans

Les conservateurs du musée, depuis sa fondation jusqu'à la fin du XIXe siècle, ont accordé une place privilégiée au dessin participant ainsi à la constitution d'un fonds de dessins anciens, riche aujourd'hui de plus de cinq mille feuilles. A ce fonds initial s'ajoute depuis le XXe siècle un très riche ensemble d'œuvres modernes et contemporaines.




Accroche Arts Graphique

Simon VOUET

Étude d'homme penché en avant (un fleuve), XVIIe siècle

Figure dominant la vie artistique sous le règne de Louis XIII, Simon Vouet rapporte d'Italie, où il passe la première partie de sa carrière, un art fait de sensualité et de mouvement. Il adapte ce langage « baroque » aux grandes décorations qui fleurissent à Paris à l'époque. Il œuvre aussi bien sur les chantiers royaux du Luxembourg ou de Saint-Germain-en-Laye, qu'à la décoration de demeures privées. Le dessin est en relation avec l’une des commandes privées les plus prestigieuses de Vouet à Paris : le décor de l’hôtel du chancelier Pierre Séguier, l’un des principaux mécènes parisiens de l'époque. À partir de 1636, Vouet, alors au faîte de sa carrière, dirige cet important chantier qu’il mène par tranches jusqu’à sa mort en 1649. C’est au décor de la galerie, symbolisant les grandes heures du règne de Louis XIII, détruit mais connu par des gravures, que se rapporte l’étude du dieu fleuve, figure annexe de la scène montrant Thétis donnée en mariage à Pelée. La technique est parfaitement caractéristique des études de figures de Vouet, tracées à la pierre noire et modelées avec des rehauts de craie blanche. Le personnage en buste tourne sur lui-même et lève la tête vers la partie haute de la composition. Ce type de figures est très fréquent dans le vocabulaire visuel utilisé par Vouet et témoigne à la fois de l’assimilation des modèles romains tels que Carrache ou Lanfranco, mais aussi d’un goût pour les figures aux mouvements en spirale, issu de la tradition bellifontaine.

Simon VOUET

(Paris, 1590 - 1649)

Étude d'homme penché en avant (un fleuve), XVIIe siècle

Pierre noire, rehaut de craie blanche, trait d'encradrement à la plume et à l'encre brune, sur papier vergé chamois

23,2 x 14,6 cm

Legs de M. Léonce Mesnard en 1892

Domaine public

© Musée de Grenoble