Musée de Grenoble

Accueil > Les expositions > Servir les Dieux d’Egypte

Servir les Dieux d’Egypte. Divines adoratrices, chanteuses et prêtres d'Amon à Thèbes

à venir - 25 octobre 2018 - 27 janvier 201

La rentrée 2018 au musée de Grenoble est marquée par une exposition événement consacrée à l’Égypte antique, organisée avec le musée du Louvre.

Elle propose une plongée archéologique dans la puissante ville de Thèbes il y a 3000 ans. Foyer du culte d’Amon, roi des dieux, la cité se déploie autour du temple de Karnak, le plus grand d’Égypte où les “divines adoratrices, chanteuses et prêtres” jouent un rôle majeur. Loin du faste des pharaons et des grandes pyramides, c’est une autre Égypte tout aussi mystérieuse et captivante qu’offre à voir cette exposition.

Organisée avec le musée du Louvre

UNE IMMERSION AU COEUR DU TEMPLE DE KARNAK, LE PLUS GRAND D’ÉGYPTE

À Thèbes, l’actuelle Louxor, le temple de Karnak constitue un centre politique et économique de première importance durant la Troisième Période intermédiaire (1069-664 av. J.-C.). À l’intérieur de ses murs, le clergé, masculin et féminin, assure une forme de permanence religieuse en contrepoint du pouvoir pharaonique, alors relativement instable, situé dans le Delta.

L’exposition s’articule autour de quatre vastes parties qui conduisent le visiteur de part et d’autre du Nil et le fait pénétrer, peu à peu, dans le fonctionnement de la société du temple. La première partie situe au plan géographique et historique Thèbes à la Troisième Période Intermédiaire et permet d’évoquer la spécificité de la collection grenobloise dont une part importante provient de cette ville. La deuxième partie de l’exposition invite les visiteurs sur la rive ouest, dans la nécropole, où furent découvertes des centaines de tombes du clergé masculin et féminin de Karnak, véritable reflet de la société du temps. La troisième partie conduit de l’autre côté du Nil, dans le temple, où les prêtres, suivant une hiérarchie très organisée, occupent des fonctions politiques, administratives et économiques de premier plan soutenues par des activités rituelles fondamentales, garantes de l’ordre du monde autour d’Amon.

Vases canope : louvreVoir l'image en grand Simulacres de vase canope au nom de Padiouf, prêtre ouab entrant à Karnak et menuisier du roi dans le domaine d’Amon © Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais/Christian Décamps Dieu amon / LouvreVoir l'image en grand Statue du dieu Amon dédiée par Horoudja © Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais/Christian Décamps

UN SUJET INÉDIT : LE RÔLE IMPORTANT DES FEMMES DANS LE DOMAINE D’AMON

Enfin, la dernière partie, la plus grande salle de l’exposition, met en lumière, à la faveur d’études très récentes, le rôle des femmes dans le temple, avec à leur tête les adoratrices du dieu Amon et leurs suivantes, les méconnues « chanteuses d’Amon ». Qui étaient ces femmes aussi dites « maîtresses de maison » dont nous conservons aujourd’hui les cercueils richement ornés ? La question ouvre sur les problématiques les plus actuelles de la recherche égyptologique ou des missions archéologiques telles que celle menée dans les chapelles osiriennes du temple de Karnak.

Statuette d’Isis allaitant Horus © Musée du LouvreVoir l'image en grand Statuette d’Isis allaitant Horus dédiée pour Aménardis © Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais/Georges Poncet Chanteuse d'Amon / LouvreVoir l'image en grand Sistre de la chanteuse d’Amon et chanteuse d’Isis, Hénouttaouy © Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais/Christian Décamps

UNE EXPOSITION D'ENVERGURE

Composée de plus de 270 pièces, l’exposition est réalisée avec le musée du Louvre qui prête pour l’occasion près de 200 oeuvres dont de nombreuses (une centaine) sorties des salles ouvertes au public. D’autres, jamais exposées, seront restaurées et révélées pour la première fois. À ce prêt exceptionnel s’ajoutent les oeuvres provenant de musées européens dont le British Museum, le Ägyptisches Museum de Berlin et le Kunsthistorisches Museum de Vienne.
Pour l’occasion, le musée de Grenoble investit pleinement ses espaces dédiés aux expositions temporaires, en déborde même, pour offrir un parcours de près de 1500 mètres carrés.
L’ exposition et le colloque international qui sera organisé en janvier 2019 par le musée de Grenoble, le musée du Louvre, Sorbonne Université et la Société française d’égyptologie permettront de faire un point sur la recherche archéologique et mettront en lumière les découvertes récentes qui renouvellent actuellement notre compréhension de la société thébaine.

UNE COLLECTION PARMI LES PLUS IMPORTANTES DE FRANCE À L’ORIGINE DE L’EXPOSITION

Le musée de Grenoble conserve une remarquable collection d’antiquités égyptiennes. Cet ensemble témoigne de l’attrait de longue date, que suscita l’Egypte ancienne auprès des élites grenobloises. Ce n’est pas un hasard si les Champollion, Jean-François et son frère Jacques-Joseph, pères de l’égyptologie moderne, sont accueillis dans la capitale du Dauphiné. On doit ainsi à Jean-François le premier catalogue de la collection égyptienne du musée. En tout, 400 pièces composent la collection dont le fleuron est constitué de 12 cercueils (ou fragments) découverts dans la nécropole de Thèbes.
C’est autour de ces pièces exceptionnelles que le département des Antiquités égyptiennes du musée du Louvre a conçu l’exposition Servir les dieux d’Égypte en collaboration avec le musée de Grenoble. Cette première exposition consacrée à l’égyptologie permettra au musée de donner un éclairage nouveau à sa collection.

Commissariat de l'exposition

Commissariat général : Guy Tosatto, directeur du musée de Grenoble
Commissariat scientifique : Florence Gombert-Meurice, conservateur en chef du Patrimoine au département des Antiquités égyptiennes du musée du Louvre, en collaboration avec Frédéric Payraudeau, maître de conférences à Sorbonne Université
Commissariat pour Grenoble : Valérie Huss, conservatrice du patrimoine au musée de Grenoble

Colloque international

Dans le cadre de l’exposition Servir les dieux d’Égypte, le musée de Grenoble, le musée du Louvre, Sorbonne Université et la Société française d’égyptologie s’associent pour organiser le colloque

Clergés et cultes thébains des Libyens aux Saïtes.

les 11 et 12 janvier 2019 au musée de Grenoble.

Catalogue de l’exposition

Direction de l’ouvrage : Florence Gombert-Meurice, conservateur en chef au musée du Louvre et Frédéric Payraudeau, maître de conférences à Sorbonne Université.
Éditeur : Somogy éditions. 360 pages