Paysage pastoral

Claude GELLÉE dit LE LORRAIN
1644
Huile sur toile
98 x 137 cm
Crédit photographique :
Ville de Grenoble / Musée de Grenoble-J.L. Lacroix
Acquisition :
Achat à François de Bonne, 2e duc de Lesdiguières en 1719. Entré dans les collections en 1800.
Localisation :
SA08 - Salle 08

Voir sur navigart

De nombreuses incertitudes planent sur la formation de Claude Gellée, dit le Lorrain. Originaire de Lorraine, le jeune artiste réalise maints voyages en Europe, s’établit un temps à Naples, comme assistant d’Agostino Tassi, avant de s’installer définitivement à Rome à la fin des années 1620. Dans le quartier effervescent reliant la place d’Espagne et la place Del Popolo, il remporte d’emblée un franc succès auprès de l’aristocratie romaine. Peignant patiemment et nourri de nombreuses lectures – L’Énéide de Virgile, les Métamorphoses d’Ovide, le Lorrain donne une nouvelle dignité à la peinture de paysage. Il excelle notamment dans le genre de la pastorale, mis à la mode par Poussin avec Les Bergers d’Arcadie, où selon les termes de Roger de Piles, la nature apparaît « toute simple, sans fard et sans artifice ». S’inspirant de sites observés, le Lorrain recompose en atelier les paysages qu’il idéalise. Campagne romaine, effet du matin est un tableau réalisé pour Michel Passart (1611/12- 1692), maître des comptes à Paris, ami de Poussin et haute figure de la curiosité parisienne. Vue de la campagne romaine, le soir, depuis Tivoli (Buckingham Palace, Londres) en constitue le pendant. Les deux toiles s’opposent en tous points, par la lumière, le moment choisi de la journée et la fidélité au paysage observé. Idéalisé, le paysage de Grenoble offre un panorama de la campagne romaine depuis Tivoli mêlant édifices modernes et antiques : le temple de la Sibylle, la Villa d’Este et le Ponte Milvius. Enchanté par le site, Claude en livre une vue apaisée, baignée de la douce lumière de l’aurore. Dans une atmosphère virgilienne, un jeune berger couronné de feuilles joue de la flûte à sa compagne alors que des pâtres mènent leurs troupeaux à travers les collines. Présent à Rome en 1643-1644, Passart a pu s’entretenir avec le Lorrain du paysage qu’il souhaitait. Visible à Paris, l’œuvre joue un rôle majeur dans la diffusion du genre de la pastorale en France. Passé maître dans l’art de ses variations paysagères, l’artiste en reprend lui-même la composition dans Paysage avec Argus et Io (Holkham Hall, Norfolk), où le rêve arcadien fait place à la mythologie grecque.

Un autre regard

  • France / XVIIe siècle

    Au moment où l'Europe entre en pleine période de Contre Réforme, les tableaux religieux deviennent des supports de dévotion, mais aussi de persuasion.

Découvrez également...