Stèle funéraire du Vizir Ouser

Egypte, Cheikh Abd el-Gournah
XVIe siècle av. J.-C. - XIIIe siècle av. J.-C.
Granit gris (granitoïde amphibolique)
64,5 x 44,5 x 10 cm
Crédit photographique :
VILLE DE GRENOBLE / MUSÉE DE GRENOBLE-J.L. LACROIX
Acquisition :
Don de Gabriel de Saint-Ferriol, fils du comte Louis de Saint-Ferriol, en 1916
Localisation :
SA58 - Salle 58

Voir sur navigart

Cette stèle cintrée à caractère funéraire appartenait au célèbre vizir Ouser, ou Ouseramon, qui exerça ses fonctions durant le règne de Thoutmosis III. L’exécution tout à fait remarquable de l’objet révèle bien la carrière florissante et la destinée exceptionnelle de ce notable. Les deux tombes qu’il construisit à Cheikh Abd el-Gournah, sur la rive ouest de Thèbes, en sont également les témoins puisqu’elles s’inspirent de l’architecture et de l’iconographie royales, prérogative tout à fait inhabituelle pour un particulier. Les inscriptions se divisent en deux parties. Dans le registre supérieur, c’est l’iconographie qui prime. En haut du cintre, deux yeux-oudjat surplombant un signe-shen donnent à cet objet toute sa dimension symbolique. Recréant la forme d’un visage, cette composition nous rappelle que la stèle funéraire est un véritable substitut au corps du défunt, au même titre que la statue de culte ou encore le cercueil. Les scènes d’offrandes, en dessous, révèlent la fonction même de ce type d’objets. À gauche, le défunt et sa femme Tchouiou reçoivent les offrandes de leur fils Samenkhet ; à droite, une scène identique figure Maâtmeri, second fils d’Ouser, face à ses grands-parents Âamtchou et Taâamtchou. En fixant dans la pierre, matériau durable par excellence, de telles représentations, le défunt souhaite renouveler indéfiniment les dons nécessaires à sa survie. Les douze lignes hiéroglyphiques qui composent le registre inférieur sont principalement consacrées aux différents titres du défunt. Son rôle de prêtre dans le temple d’Amon est particulièrement mis en évidence, tout comme ses qualités morales. Transmission générationnelle, exemplarité du parcours, invocations aux dieux de Thèbes et aux grandes divinités funéraires sont, sur la stèle d’Ouser, autant d’éléments indispensables à la pérennité de la vie, sur terre comme dans l’au-delà.

Découvrez également...