Simulacre de vase décoré, inscrit au nom de Neferhebef

Egypte
XVIe siècle av. J.-C. - XIIIe siècle av. J.-C.
Bois
hauteur: 16,5 cm
diamètre: 11,5 cm
Crédit photographique :
VILLE DE GRENOBLE / MUSÉE DE GRENOBLE-J.L. LACROIX
Acquisition :
Don de Gabriel de Saint-Ferriol, fils du comte Louis de Saint-Ferriol, en 1916
Localisation :
SA59 - Salle 59

Voir sur navigart

Ce vase est piriforme à base large, col étroit et couvercle plat. Le couvercle présente un décor géométrique marron-rouge, noir et blanc voulant imiter l’aspect des fibres végétales du bouchon des vrais vases. Le type de vase dont il est s’inspire devait servir à contenir des onguents ou des parfums.
Sur la panse se trouve une inscription en deux colonnes donnant le nom et les titres du propriétaire : « Le prêtre-ouab, directeur des orfèvres d’Amon, Neferhebef, juste de voix ».
Ces vases fictifs avaient pour fonction d’imiter des modèles de vases en pierre, matériau plus noble mais aussi plus coûteux et plus difficile à travailler. Ils apparaissent en Égypte dès l’Ancien Empire (2686 av. J.-C. - 2181 av. J.-C.). Ils faisaient partie des dépôts votifs ou du mobilier funéraire des égyptiens.
Dans l’Égypte ancienne, l’image à valeur de réel. Le simple fait de représenter ou de nommer un élément permettait de lui donner vie. Ainsi, bien que fictifs, ces vases permettaient aux défunts de bénéficier du type de vase dont la copie se trouve ici.

Découvrez également...