Femme lisant

Pablo PICASSO
1920
Huile sur toile
100 x 81,2 cm
Crédit photographique :
VILLE DE GRENOBLE / MUSÉE DE GRENOBLE-J.L. LACROIX
Acquisition :
Don de l'artiste en 1921
Localisation :
SA28 - Salle 28

Voir sur navigart

Après une période d’invention remarquable, close brutalement par le début de la Grande Guerre, et à la suite de sa découverte de l’Italie antique et renaissante où il rencontre, au sein de la troupe des Ballets russes pour laquelle il travaille à des décors et costumes, Olga Khokhlova qu’il va épouser, Picasso adopte à partir de 1917 – sans exclusive – un style que l’on qualifiera de néoclassique. Ce retour à une figuration assagie se fait sous les auspices de Michel-Ange et de Raphaël mais aussi d’Ingres. Femme lisant, que l’artiste donne au musée en 1921 – ce qui en fait la première œuvre du maître à entrer dans les collections publiques françaises – est un admirable exemple de cette nouvelle manière. Peint dans un camaïeu de gris et de rose, héritage de la palette cubiste, le tableau représente une femme assise – Olga certainement – en train de lire une lettre. Sa tête est négligemment soutenue par sa main droite dont le geste du doigt posé sur la tempe rappelle la position de la main du Portrait de Madame Moitessier d’Ingres, lui-même inspiré d’une peinture d’Herculanum. Néanmoins, loin d’une quelconque dérive académique, Picasso reprend les canons classiques pour mieux les déformer et aboutir à une représentation où tout semble plus grand que nature, figé dans une éternité marmoréenne, comme si la reprise de cet héritage classique ne pouvait conduire qu’à une forme d’embaumement du réel.

Un autre regard

  • Les feux de l'amour

    L’amour ? Moteur de l’homme, il guide souvent l’artiste. Qu’il s’inspire des amours mythiques ou de ses propres passions, le peintre illustre souvent l’état amoureux.

  • Autour du cubisme

    L'invention du cubisme par Picasso et Braque entre 1907 et 1914 fut déterminante pour l'évolution de l'art moderne.

Découvrez également...